Sommaire

L’akathisie est un effet secondaire de certains médicaments appelés des neuroleptiques. L’akathisie appartient aux dyskinésies tardives ou symptômes extrapyramidaux. L’expression et les conséquences de l’akathisie sont très variables selon le médicament responsable, sa dose, mais aussi selon le patient.

Qu’est-ce que l'akathisie ?

L’akathisie est un effet secondaire médicamenteux de la catégorie des dyskinésies tardives (troubles du mouvement apparaissant tardivement, après au moins 3 mois de traitement). Elle se matérialise par différents symptômes selon les patients :

  • un besoin impérieux de bouger, surtout les jambes ;
  • des mouvements répétitifs des jambes : un balancement d’un pied sur l’autre ou un trépignement en position debout ; un balancement, un piétinement et un croisement répété des jambes en position assise ;
  • une agitation ;
  • des sensations très désagréables ;
  • des troubles de l’humeur avec un mal-être ;
  • une anxiété

L’akathisie peut être irréversible dans plus de la moitié des cas, même après l’arrêt du traitement neuroleptique. Dans les autres cas, l’amélioration peut prendre plusieurs mois.

Lire l'article Ooreka

Quelles sont les causes de l'akathisie ?

L’akathisie est un effet secondaire des neuroleptiques, médicaments prescrits dans le traitement de nombreux troubles psychiatriques ou neurologiques, chez l’adulte ou chez l’enfant. Cet effet secondaire appartient aux dyskinésies tardives qui sont relativement fréquentes (15 à 20 % des patients). L’akathisie est ainsi fréquente chez les patients schizophrènes.

Plusieurs facteurs de risques sont décrits pour l’akathisie :

  • le sexe féminin ;
  • un âge avancé ;
  • une dose élevée de neuroleptique ou un traitement prolongé ;
  • certains types de neuroleptiques ;
  • certains traitements associés (anticholinergiques) qui aggravent l’akathisie ;
  • certaines maladies psychiatriques ou neurologiques ;
  • des antécédents de dyskinésies ;
  • le diabète. 

Tous les médicaments neuroleptiques sont susceptibles de provoquer l’akathisie, même si certains sont réputés pour induire plus d’akathisie que d’autres. Les neuroleptiques peuvent également être présents dans d’autres médicaments et induire une akathisie :

  • certains médicaments contre les vomissements ;
  • les médicaments contre les vertiges ;
  • les médicaments contre les bouffées de chaleur ;
  • certains somnifères
Lire l'article Ooreka

Akathisie : prévention et traitement

Comment prévenir l'akathisie ?

La prévention de l’akathisie est complexe, car souvent le traitement par neuroleptique est indispensable pour traiter les troubles psychiatriques ou neurologiques du patient. Cependant, les médecins peuvent choisir les médicaments neuroleptiques de dernière génération qui induisent moins de dyskinésies tardives, telles que l’akathisie.

Tout traitement neuroleptique doit débuter à la dose minimale et pour une durée la plus courte possible. La prescription de médicaments renfermant des neuroleptiques (anti-vomitifs ou somnifères par exemple) doit être limitée au maximum.

Comment traiter l'akathisie ?

L’akathisie survient plusieurs semaines après le début du traitement neuroleptique. Une fois l’akathisie diagnostiquée, la prise en charge dépend de l’importance de l’akathisie et de la maladie psychiatrique ou neurologique du patient. Elle repose sur plusieurs aspects.

On peut agir sur les médicaments à l'origine de ce trouble par :

  • la diminution des doses de neuroleptiques ;
  • le changement de médicaments neuroleptiques en privilégiant les neuroleptiques les plus récents, voire par la prescription d’un neuroleptique atypique (clozapine).

Un traitement médicamenteux, pour soulager l'akathisie, peut également être prescrit :

  • des benzodiazépines souvent peu efficaces ;
  • des bétabloquants (propranolol) efficaces ;
  • des dépléteurs dopaminergiques (tétrabénazine) souvent très efficaces.