Levodopa

Écrit par les experts Ooreka

La L-dopa, un traitement tout indiqué.

La levodopa est une molécule (un acide aminé) qui possède la particularité de pouvoir être transformée directement et naturellement en dopamine dans le cerveau.

La maladie de Parkinson découlant d'un déficit en dopamine, la L-dopa se révèle être tout indiquée pour lutter contre ce manque.

Bon à savoir : c'est dans une légumineuse, la fève du marais, que cette substance a été isolée pour la première fois, en 1913. Ce n'est que dans les années 1960 qu'elle a été synthétisée et produite chimiquement. Pourtant, elle est utilisée depuis des siècles en ayurveda, la L-dopa étant présente en quantité dans une autre légumineuse :  le pois de mascate (Mucuna Pruriens). Une étude clinique a même conclu que cette plante était plus efficace que la molécule de synthèse.

Comment la levodopa est-elle employée ?

Certaines règles sont à observer pour bénéficier pleinement du traitement par levodopa.

La levodopa couplée à un inhibiteur

Pour que la levodopa soit efficace, elle doit être couplée à une molécule destinée à inhiber temporairement la décarboxylase périphérique, une enzyme qui joue un rôle crucial dans la transformation de L-dopa en dopamine.

  • Cette inhibition vise à empêcher la transformation de L-dopa en dopamine dans tout l'organisme et à la limiter à la zone cérébrale où elle est nécessaire.
  • Les inhibiteurs en question sont soit le benzérazide (MODOPAR®) soit le carbidopa (SINEMET®).

Chez qui ?

La dopathérapie est proposée d'emblée aux patients de plus de 70 ans. Les prises sont quotidiennes et fractionnées en 4 à 5 fois, à jeun, environ une demi-heure avant de manger.

Des doses progressives

La levodopa est généralement prescrite à des doses faibles, poly-fractionnées et progressives jusqu'à ce que les symptômes aient disparus.

Résultats de la levodopa sur la maladie de Parkinson

Résultats escomptés

La levodopa donne des résultats spectaculaires sur les hypertonies et les bradykinésies chez 80 % des parkinsoniens. Il faut toutefois patienter pendant quelques mois pour pouvoir bénéficier pleinement de son action thérapeutique.

À noter qu'une inefficacité totale doit tout de suite faire remettre en cause le diagnostic de maladie de Parkinson idiopathique (les syndrome parkinsonien neuroleptique et Parkinson atypique doivent être évoqués).

La « lune de miel »

La période au cours de laquelle les médicaments apportent d'importantes améliorations est appelée « lune de miel ».

Toutefois, suite à cet épisode, des complications motrices importantes peuvent apparaître.

En effet, l'action de la L-dopa est très variable. Ces fluctuations prennent l'appellation de périodes « on » et « off » selon que le traitement est ou non efficace :

  • lorsque tout va bien l'amélioration est remarquable ;
  • en période « off » la rigidité peut être totale.

Complications dues à la L-dopa

Les complications les plus fréquentes qu'entraîne la levodopa sont les dyskinésies (90 % des patients après 10 ans de traitement), les fluctuations qui sont des blocages (100 % des patients après 10 ans).

Si ces troubles moteurs sont souvent fortement marqués, de nombreux autres effets indésirables dopa-dépendants doivent être mentionnés.

Parmi eux on retrouve les mêmes effets secondaires que ceux rencontrés dans le traitement aux agonistes dopaminergiques mais également une véritable addiction avec :

  • un comportement violent ;
  • une irritabilité excessive ;
  • des troubles intellectuels ;
  • des difficultés d'élocution ;
  • des délires paranoïaques ;
  • des hypotensions orthostatiques (chute de la tension artérielle au changement de position), généralement simplement traitée par le port de bas de contention ;
  • des pertes d'équilibre ;
  • des problèmes urinaires.

Près de 15 % des patients traités pourraient être victimes de ces effets secondaires et même présenter des troubles sexuels consécutifs à leur traitement.

En général, le réajustement du traitement permet de limiter ces effets indésirables catastrophiques. Toutefois, si même l'arrêt des médicaments n'est pas suffisant (notamment en cas d'hallucinations), il est possible de mettre en place un traitement à la clozapine (LEPONEX®).

Ce neuroleptique est cependant susceptible d'entraîner une agranulocytose (maladie sanguine).


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
christophe leblond

phytothérapie, aromathérapie et compléments alimentaires | www.phyto-soins.com

Expert

rosine coutable

coach | thérapeute hypnose, p.n.l., reiki | c'comhappy | Être, faire, s'épanouir

Expert

gregory willaume

masseur et kinésithérapeute | la maison bleue - massage et bien être - lille

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !