/ / /

Qui contacter ?

/

Maison de retraite parkinson

Maison de retraite parkinson

Sommaire HAUT

Maison de retraite Parkinson

Écrit par les experts Ooreka

 

Principe des maisons de retraite spécialisées Parkinson

Les maisons de retraites spécialisées dans la maladie de Parkinson ont été conçues pour venir en aide aux malades et assurer leur sécurité.

Elles permettent également de rassurer les familles qui savent que leur parent malade est pris en charge par un personnel qualifié et constamment présent. Le bien-être des résidents est généralement assuré par la mise en place d'ateliers, d'activités et de loisirs.

Différents types de maisons de retraites

Différents types de maisons de retraites existent selon qu'elles appartiennent au secteur public ou au secteur privé. D'autres maisons de retraites médicalisées peuvent également être distinguées.

Les maisons de retraite publiques

Les maisons de retraites qui dépendent du secteur public constituent 60 % de l'ensemble des établissements existants.

  • Elles sont intéressantes dans la mesure où leur coût est moins élevé que dans les maisons de retraites privées.
  • De ce fait, elles sont également très souvent complètes et d'importantes listes d'attente existent.

Les maisons de retraites privées

Les maisons de retraites qui dépendent du secteur privé se subdivisent en trois catégories distinctes :

  • les maisons de retraites privées ;
  • les maisons de retraite commerciales ;
  • les maisons de retraites associatives.

Les tarifs pratiqués dans ces établissements sont plus importants que dans les maisons de retraite publiques mais restent très variables de l'un à l'autre. De même, chaque résidence propose des prestations différentes.

Les EHPAD

Les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes sont des maisons de retraite médicalisées. Ces établissements sont tenus de respecter une démarche qualité tant en ce qui concerne la sécurité que l'hygiène et le confort des résidents.

Le décret n° 2015-1868 du 30 décembre 2015, entré en vigueur le 1er juillet 2016, fixe les prestations minimales d'hébergement que doivent délivrer les EHPAD. Le décret n° 2016-1164 du 26 août 2016, applicable au 1er octobre 2016, fixe quant à lui les conditions techniques minimales d'organisation et de fonctionnement, ainsi que la composition minimale de l'équipe pluridisciplinaire.

Le tarif pratiqué par ces maisons de retraite dépend du degré de dépendance du patient et d'une grille tarifaire spécifique.

Bon à savoir : il est possible de comparer les prestations et tarifs des EHPAD (établissements publics, privés non lucratifs ou privés commerciaux) sur le site www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr. Près de 7 000 établissements sont répertoriés.

Quel type d'établissement choisir ?

Pour choisir la maison de retraite qui convient le plus au malade, une fois que la décision de le placer est prise, il faut tenir compte de plusieurs facteurs.Les principaux à considérer sont d'ordre :

  • médical ;
  • financier.

L'aspect médical

On placera plus volontiers une personne faiblement touchée et conservant une certaine autonomie dans une maison de retraite publique ou associative qu'une personne plus gravement atteinte.

Ces dernières auront davantage intérêt à se diriger vers des EHPAD ou vers certaines maisons de retraites privées spécialisées dans la maladie de Parkinson.

L'aspect financier

Quoi qu'on en dise, cet aspect n'est pas négligeable.

  • En effet, le problème financier est un des soucis majeur auquel les malades et leur entourage doivent faire face.
  • C'est donc surtout en fonction des possibilités financières de chaque famille qu'on placera le patient dans une maison de retraite privée ou non.

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !