Malade Parkinson

Écrit par les experts Ooreka

 

Deux types de solutions face aux gestes rendus difficiles par la maladie.

Lorsqu'on souffre de la maladie de Parkinson, de nombreux gestes banaux deviennent irréalisables, heureusement quelques astuces permettent d'y faire face. Il existe deux solutions :

  • faire en sorte de réapprendre depuis le début les gestes avec un kinésithérapeute qui procédera à une rééducation ;
  • s'exercer régulièrement pour conserver son agilité.

Malade Parkinson : garder une activité physique

Quelques exercices peuvent être pratiqués régulièrement comme, par exemple :

  • faire tourner des balles dans sa main ;
  • faire des exercices d'étirements des mains et des doigts ;
  • trier sa monnaie.

Dans tous les cas, il faut absolument éviter de diminuer ses efforts physiques. En effet, le manque d'exercice aura tendance à développer et à accélérer les problèmes qu'engendre la maladie.

En complément de la rééducation

Il est important d'avoir une activité en complément du travail de rééducation effectué en kinésithérapie. Le plus simple reste d'effectuer une balade d'une demi-heure chaque jour.

Pour que celle-ci soit tout particulièrement profitable, on peut travailler la coordination jambes/bras et faire en sorte de conserver une bonne amplitude des pas.

D'autres activités physiques sont tout particulièrement conseillées : vélo, natation, course à pied.

Précautions à prendre

Si le sport est conseillé c'est pour se maintenir en forme. Il est donc inutile de s'épuiser et de chercher la performance à tout prix. Par ailleurs il faut :

  • éviter les efforts violents ;
  • éviter les gestes brusques ;
  • respecter son corps (cesser l'activité en cas de douleurs) ;
  • travailler lentement en contrôlant le plus possible ses mouvements ;
  • respirer (ralentir ou s'arrêter un moment en cas d'essoufflement) ;
  • suspendre l'activité en période de blocage ;
  • prendre le temps de se reposer après l'exercice ;
  • s'étirer doucement.

Sport sur ordonnance

Depuis le 1er mars 2017, les médecins peuvent prescrire une activité physique adaptée aux patients atteints d'une affection de longue durée.

Après un bilan fonctionnel, le médecin peut confier la dispense de cette activité à un professionnel de santé (masseur-kinésithérapeute, ergothérapeute ou psychomotricien) ou à un professionnel titulaire d'un diplôme dans le domaine de l'activité physique adaptée, ou une certification de qualification. L'intervention d'un professionnel de santé reste cependant obligatoire pour les pathologies présentant une limitation fonctionnelle sévère.

Le professionnel doit ensuite restituer régulièrement un compte-rendu au médecin.

Toutefois, pour les problèmes du quotidien, voici quelques astuces qui peuvent aider les malades à rester autonome le plus longtemps possible.

À noter : de manière générale, pour réussir les gestes complexes il faut faire en sorte d'être bien stable et de faire des mouvements très amples.

Manœuvres dans le lit

Pour les personnes qui souffrent de la maladie de Parkinson, l'ensemble des manœuvres qui se déroulent dans le lit sont rendues extrêmement compliquées.

Pour se mettre sur le côté

Pour se mettre sur le côté dans le lit à partir de la position sur le dos il faut pliez les jambes de façon à ce que les pieds reposent à plat sur le matelas. Il suffit ensuite de laisser tomber les jambes du côté souhaité.

Pour se lever du lit

Pour se lever du lit sans avoir à faire d'efforts démesurés, il suffit de s'allonger sur le côté (en pliant les jambes puis en les laissant basculer sur le côté) et de s'appuyer sur ses bras pour s'asseoir tout en laissant les jambes glisser hors du lit (leur poids provoque une bascule du corps).

Pour se relever complètement, prendre appui sur les jambes en se penchant légèrement en avant. Si ces mouvements sont trop difficiles, on peut prévoir des éléments d'appui, canne, sangle, etc.

À noter : on procède aux mouvements inverses pour se coucher.

La nuit

Pour favoriser la nuit, parfois agitée chez le parkinsonien :

  • mettre des habits de nuit larges, faciles à mettre et à enlever ;
  • laisser les médicaments à portée de main (avec un verre d'eau tout prêt au besoin).

Pour s'habiller

S'habiller est une des actions le plus difficiles à réaliser lorsqu'on souffre de la maladie de Parkinson. Avant toute chose, il est conseillé de choisir des vêtements amples qui seront plus faciles à enfiler.

En ce qui concerne les chaussures, des attaches velcro sont plus pratiques que des lacets, difficiles à manipuler.

Pour enfiler les hauts, commencer par mettre un bras complet jusqu'à l'épaule. Lever le bras au-dessus de la tête et enfiler le second.

Pour manger

Manger pose d'importants problèmes aux malades parkinsoniens qui souffrent de troubles de la déglutition (le fait d'avaler). Une rééducation en orthophonie doit pour cela être entreprise.

Toutefois, il est possible de favoriser la déglutition en :

  • restant le dos bien droit voire très légèrement incliné ;
  • consommant des boissons épaisses ;
  • mâchant avec précaution, lentement et par petites bouchées.

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !