Sommaire

Bien que la maladie n'ait pas une origine infectieuse et qu'elle ne soit pas associée à une autre pathologie, la cause exacte de la maladie de Parkinson reste inconnue.

Toutefois, on soupçonne l'existence de trois types de facteurs distincts mais le plus souvent en interaction l'un avec l'autre :

  • la génétique ;
  • l'insulinorésistance ;
  • l'environnement.

Au final, l'âge représente le principal facteur de risque de la maladie : rare avant 50 ans, sa fréquence augmente ensuite fortement avec le vieillissement, l’âge moyen au diagnostic se situant autour de 75-80 ans.

Causes génétiques de la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson pourrait tout à fait avoir une origine génétique.

  • En effet, dans les familles où certaines personnes soufrent de Parkinson, les autres membres de la famille présentent davantage de risque de développer à leur tour cette pathologie.
  • Toutefois, même si plusieurs personnes sont atteintes, l'influence génétique semble rester relativement faible (15 % des cas).

Les études scientifiques qui ont été menées ont mis en évidence certains gènes potentiellement impliqués mais ceux-ci s'avèrent être différents d'une famille à une autre. Il n'y a donc aucune certitude absolue quant à l'origine génétique de la maladie de Parkinson.

Rôle de l'insulinorésistance dans la maladie de Parkinson

Plusieurs études ont montré que l'insulinorésistance et le diabète de type 2 jouaient un rôle dans l'apparition de la maladie de Parkinson. En effet, 75 % des patients présentent une intolérance au glucose. De plus, on observe chez ces personnes une réduction de l'entrée du glucose dans les parties du cerveau concernées par la maladie.

Par ailleurs, une étude met en évidence le lien entre l'évolution des troubles cognitifs dans la maladie de Parkinson et les problèmes de régulation de la glycémie (diabète et insulinorésistance). Cela est dû au fait que l'insuline intervient dans la régulation de l'activité dopaminergique. Ainsi, en cas de troubles de la glycémie, l'insuline peut contribuer à de dysfonctionnement de la sécrétion de dopamine.

Causes environnementales de cette maladie

Une des causes de la maladie de Parkinson pourrait bien être environnementale.

Il a en effet été constaté que l'exposition répétée à diverses substances toxiques telles que les pesticides ou les herbicides, par exemple, pouvait être un important facteur de risque.

Exposition aux pesticides

L’incidence de la maladie de Parkinson est plus élevée de 13 % chez les exploitants agricoles de 55 ans et plus comparativement au reste de la population. Elle l'est de 10 % supplémentaires dans le secteur de la viticulture et cette incidence augmente avec la taille des surfaces agricoles.

De plus, l’incidence s'avère un peu plus élevée parmi les personnes résidant dans les cantons les plus agricoles, y compris parmi les personnes qui ne travaillent pas dans l’agriculture. C'est encore plus vrai dans ceux où la proportion de terres agricoles allouées à la viticulture est la plus importante.

Exposition aux métaux lourds

De même, l'exposition chronique à différents types de métaux lourds pourrait avoir un impact sur l'organisme. Les métaux évoqués sont notamment :

  • l'aluminium, le mercure, le plomb ;
  • le cuivre, le manganèse.

Autres facteurs de risque

Certains autres facteurs de risques sont parfois évoqués :

  • les traumatismes crâniens ;
  • les AVC : accidents vasculaires cérébraux (c'est à dire des infarctus au niveau du cerveau) ;
  • des infections gastro-intestinales dues à l'alphasynucléine, une protéine des cellules nerveuses (la pathologie débuterait dans le système nerveux intestinal avant de gagner le système nerveux central via le nerf vague).

Causes de syndrome parkinsonien

Il existe également des syndromes parkinsoniens qui ne sont pas des maladies de Parkinson proprement dites.

Les causes de ces syndromes sont multiples et souvent d'origine toxique.

Les plus fréquemment évoquées sont :

  • la prise de médicaments neuroleptiques, la consommation de drogues ;
  • l'intoxication au monoxyde de carbone, l'intoxication au cuivre (maladie de Wilson).

Il est parfois possible de retrouver ce type de syndrome en cas d'infection virale ou de tumeur cérébrale.