Parkinson idiopathique

Écrit par les experts Ooreka

 

Le MPI est la maladie de Parkinson la plus commune.

La maladie de Parkinson idiopathique (MPI) représente la très grande majorité des maladies de Parkinson. En effet, à elle seule, cette forme concerne 75 % des malades. Il s'agit de la véritable maladie de Parkinson.

Comme pour toute maladie de Parkinson, le diagnostic de la MPI sera essentiellement clinique.

Cette forme de la maladie se distingue en partie des autres symptômes parkinsoniens mais elle s'en démarque essentiellement par ses causes, non identifiées.

Caractéristiques de la maladie de Parkinson idiopathique

La maladie de Parkinson idiopathique présente les symptômes typiques de la maladie de Parkinson.

On retrouve ainsi :

Bien que déterminer avec précision s'il s'agit d'une MPI ou d'un autre syndrome parkinsonien soit difficile, il faut se fier à quelques signes cliniques qui permettent de faire la différence.

Différences entre une MPI et un autre syndrome parkinsonien

MPI Autre syndrome parkinsonien
Symptômes essentiellement unilatéraux Symptômes symétriques
Atteinte périphérique plus marquée Atteinte axiale plus importante
Atteinte axiale retardée lorsqu'elle a lieu Atteinte axiale plus précoce
Très sensible à la levodopa (efficacité élevée) Traitement à la L-dopa peu efficace

L'origine exacte de la maladie de Parkinson idiopathique est inconnue. C'est ce qui lui confère son nom, idiopathique signifiant sans cause connue.

Facteurs invalidant le diagnostic de MPI

Il est possible de retrouver certains signes qui font douter du diagnostic.

Ces éléments sont importants à identifier et peuvent survenir à n'importe quel moment, remettant aussitôt en cause le diagnostic initial de maladie de Parkinson idiopathique.

Il s'agit :

  • de la perte d'équilibre ;
  • d'un fonctionnement anormal du système neuro-végétatif (dysautonomie) ;
  • de la présence d'une démence sénile ;
  • de signes psychiatriques ;
  • de troubles des muscles oculomoteurs ou des signes neurologiques pyramidaux (la maladie de Parkinson donne à voir des signes extra-pyramidaux).

Si malgré ces différents éléments un doute persiste, des examens complémentaires devront être menés.

Examens complémentaires pour Parkinson

Les examens complémentaires qui peuvent être menés pour déterminer avec plus de certitude s'il s'agit ou non d'une maladie de Parkinson idiopathique sont les suivants :

  • examen biologique qui permet, surtout chez les patients jeunes, d'éliminer une maladie de Wilson (intoxication au cuivre) ;
  • examen électro-oculographique qui permet de différencier les syndromes parkinsoniens ;
  • IRM qui permet de distinguer les différents syndromes parkinsoniens (pas de signe positif en cas de MPI) ;
  • scanner, assez rarement pratiqué.

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !